Note de lecture : l’Image-Mouvement – I

Cinéma 1 – L’Image-Mouvement (C1) et Cinéma 2 – l’Image-Temps (C2) sont les deux livres que Gilles Deleuze a consacré au cinéma dans les années 80. Comme souvent lorsqu’il s’agit de Deleuze, les livres ont fait mouche et sont perçus comme étant incontournables pour toute personne s’intéressant au cinéma mais le geste inaugural consistant à faire du cinéma une question philosophique n’a pas à ma connaissance été repris, en tout cas pas à ce niveau. J’y vois au moins deux raisons qui s’attacheraient à la pensée de Deleuze pour ce qu’elle est et une troisième qui serait liée à l’enjeu philosophique proprement dit. Concernant la pensée de Deleuze, il y a d’abord la maturité de sa pensée telle qu’elle s’exprime dans ses oeuvres des années 80. Maturité qui lui permet d’enrôler les pensées de Bergson et de Pierce, de les brasser et finalement les fusionner dans une production génétique de concepts que nous détaillerons. Tout cela avec une précision et une finesse qu’on n’évoque le plus souvent que dans l’art de la dentellerie, dans le maniement du scalpel ou dans l’usage du laser. Lire la suite

Les deux transversales

Et un seul point m’est plus violent oubli
Que vingt-cinq siècles à l’entreprise qui fit
s’émerveiller Neptune en voyant passer l’ombre d’Argo
Dante, Le Paradis

Quand il s’agit de monter un projet, le dossier doit pouvoir nommer les actions que l’on espère réaliser dans des termes partagés par tous les partenaires. Ainsi, dans le document Pistes pour un projet, nous nous emparons des termes de l’UNESCO pour décliner un projet en trois volets : culturel, éducatif, social. Ces trois volets fournissent chacun un cadre à l’intérieur duquel nous nous présentons et dans lequel nous sommes autorisés à suivre des circuits articulant institutions, financement, programmes politiques. Tout cela est très bien mais laisse dans l’ombre le problème si métaphysique de l’unité dans la diversité. Autrement dit, comment faire pour ne pas s’éparpiller ? Comment faire pour impliquer un groupe de personnes chacun selon leur diversité, lui donner les moyens de former un collectif uni ? Bien avant que d’en venir à l’inévitable attention portée aux relations entre les caractères, et surtout bien avant que de s’enfermer dans les cadres institutionnels, il est nécessaire de définir une ou plusieurs idées qui soient transversales à tout le projet et qui puissent jouer le rôle que jouaient les constellations pour la navigation hauturière. En ce qui nous concerne, il y en aurait deux. Lire la suite