Note de lecture : Philosophy and Simulation III

Un résumé du chapitre 3  du livre Philosophy and Simulation – The emergence of a synthetic reason intitulé Artificial Chemistries and the Prebiotic Soup. Lire la suite

Publicités

Les battements du temps

Tel est le sous-titre, depuis la rentrée de septembre 2011, d’une série de l’émission intitulée Sur les épaules de Darwin diffusée chaque samedi matin sur France Inter. Véritable ovni radiophonique, ce programme de vulgarisation scientifique ne se contente pas de narrer les grandes conquêtes de la science passée, il nous amène aux limites des connaissances actuelles tout en en racontant les cheminements, les ruptures, les déviations ou les arrêts. Lorsque cela peut s’avérer utile, les paroles des poètes ou des écrivains de tout temps font écho à l’aridité des connaissances ou leur beauté austère. Éminemment contemplative, cette émission est à conseiller à tous ceux qu’émeut la création scientifique.

Reaction diffusion from flight404 on Vimeo.

Lire la suite

Une tentative de traduction

Une fois n’est pas coutume, je propose une traduction d’un article glané sur Internet. Par le biais de son éditeur, j’ai essayé de joindre l’auteur  afin d’obtenir son autorisation mais puisqu’elle se fait toujours attendre, je propose quand même l’article. Il va de soi que je le retirerai si l’auteur finit par me contacter pour me demander de retirer son article.

De quoi s’agit-il ? D’un philosophe mexicain anglophone qui présente à mes yeux deux avantages majeurs : 1) c’est un commentateur très pointu de Gilles Deleuze qui a le mérite de mettre l’accent sur les aspects que je trouve pour mon compte parmi les plus féconds à explorer dans l’oeuvre du philosophe français ; 2) une fois le commentaire fait, il propose de décrypter  la révolution épistémologique qui traverse la science et comment elle s’exprime dans les domaines de la création artistique ou celles des sciences sociales. Ô surprise, je découvre alors que ce que je cherche péniblement à exprimer pour mon compte est en fait pensé, et même clairement pensé, depuis quelques années.

Note : l’auteur utilise beaucoup le terme anglais de design. Compte tenu que chez nous (je veux dire en France) le mot design se réfère, qu’on s’en félicite ou le déplore, à une étape du processus de création de la marchandise, j’ai préféré traduire le terme par ‘création’ quand il parlait du design en tant que processus achevé et par ‘conception’ lorsqu’il parlait du design en tant que processus en cours de création. Les deux termes français retenus ont d’autres connotations qui sont fortes. Je demanderais donc au lecteur d’avoir cela en mémoire lorsqu’il croisera l’un ou l’autre de ces termes. Il n’y a qu’une exception. C’est lorsqu’il évoque Deleuze pour avoir élaboré une « conception originale quant à la génèse d’une forme ». Ici, c’est bien le mot anglais conception qui est utilisé.

Lire la suite