On déménage ?

C’est où la Garabagne s’arrête. En tout cas ici, chez wordpress.com.

Mais l’aventure se poursuit ailleurs. Et autrement.

Je vous laisse découvrir Les Disparates.fr .

Publicités

Contribution à la lutte

Pendant ce temps-là, des élections ont lieu en France.

J’ai passé tellement de temps à la scruter depuis des mois que j’ai honte de ne proposer que cette modeste contribution à J-3 du premier tour.

Connaissez-vous « Mathilde » ? La chanson de Jacques Brel.

Bref, pour s’encourager, je propose de modifier le texte du grand Jacques ainsi

[MAJ : le 20 avril 2012. ]

 

Le peuple est revenu
Médias n’avez-vous rien vu ?
Trop méprisants ou trop imbus
Le peuple est revenu
Médias, prépare ton venin
Ils disent qu’ils ne lâchent rien
Le peuple est revenu
Vous les sondages, vous l’CSA
Vous pouvez nous parquer en bas
Le peuple est revenu
Toute cette cot’rie, serrez vos bras
Vous n’éviterez pas le combat
Maudit peuple, enfin te v’là

Hollande,Hollande ne t’emballe pas
Fais comme si tu ne savais pas
Que le peuple est revenu
Hollande, tu ne peux dissimuler
Qu’il est tout entier électrisé
Le peuple qui est revenu
Hollande, arrête de tergiverser
Tu ne pourras pas le contourner
Le peuple qui est revenu
Amis, ne nous enfumez pas
Le vote utile ne suffira pas
Maudit peuple, enfin te v’là

Et vous les nains, vous êtes fébriles
Ça n’marche pas Peur sur la ville
Le peuple est revenu
Et vous les nains, sortez de là
Tout ça ne vous regarde pas
Le peuple est revenu
Et vous les nains, n’en faites plus
La crasse haine ça ne prend plus
Le peuple est revenu
Vous les nains, ne bronchez pas
À la niche, vous les Dracula
Sacré peuple, enfin te vl’a

Vous les Verts, cessez vos misères
Dany n’a jamais touché terre
Le peuple est convaincu
Médias, buvez votre chagrin
Vos manigances ne servent à rien
Le peuple est convaincu
Toi la bêtasse, toi la paria
Au déshonneur tu n’échapp’ras pas
Le peuple est convaincu
Camarades, redressons-nous bien droits
La tête au ciel encore une fois
Puisque le peuple enfin te v’là, te v’là!

 

So long les Médiathèques !

Un petit article pour indiquer aux lecteurs de ce blog que la ligne éditoriale va changer. La principale cause en est la décision d’assumer la tournure de plus en plus personnelle que prenait ce blog. Il est clair qu’il reposait déjà sur une initiative personnelle mais il s’agissait à l’époque d’amorcer une dynamique pour l’association et autour d’elle. Pour plusieurs raisons, les éléments de la dynamique recherchée sont manquants.

Parmi les raisons que l’on peut invoquer, on notera la principale : le souhait de mêler théories et pratiques autour de la construction du projet s’est heurté à une réalité finalement assez prévisible qui est qu’il est difficile de construire un projet avec plusieurs partenaires et en faire la publicité simultanément. Il n’y a aucune malice à cela mais il est tout simplement impossible de parler au nom d’un « nous »  qui n’est pas constitué à moins de vouloir le défaire dès le départ. Des projets sont en cours, ils prennent un aspect de plus en plus concret mais puisqu’aucun engagement n’est formellement pris il est trop tôt pour en témoigner.

D’où la tournure de plus en plus théorique que prenait le blog et qu’il devenait assez difficile de faire fonctionner au nom de l’association. Depuis le début de la série nommée Le meilleur des mondes possibles, il faut bien se rendre à l’évidence que l’aspect théorique va s’autonomiser, en ce sens qu’il va développer sa propre ligne d’erre, indifférente au devenir de l’association.

Note : on peut déjà annoncer à ce titre, une série d’articles consistant à synthétiser et présenter la pensée pour nous nourricière de Gilles Deleuze et Félix Guattari. Ainsi il y aura d’autres articles consacrés à Mille Plateaux, et d’autres consacrés aux deux livres sur le cinéma (L’image-temps et L’image-mouvement) et puis d’autres encore, mais plus tard, consacrés au Pli, Leibniz et le baroque. Et même un dernier article à propos du Bergsonisme.

Concrètement, les changements quant à la ligne éditoriale vont amener à un changement dans le nom du blog et son slogan. Ce qui est assez difficile à fixer. Quelques pages vont disparaître ou  être modifiées. Si du point de vue du contenu, la route est assez bien tracée, au niveau du contenant on peut dire que l’on entre dans une phase assez mouvante. D’une part, il faudra retoucher le site pour l’adapter à sa ligne éditoriale. D’autre part, les limitations de la formule gratuite incitent à rechercher une autre solution d’hébergement. On aimerait par exemple que le nuage de mots-clés soit plus esthétique, qu’il y ait la possibilité d’insérer des notes de bas de page aux articles et celle consistant à pouvoir télécharger une version pdf des articles. Tout cela aura lieu quand il sera possible d’héberger le logiciel wordpress sur un espace serveur préalablement loué. Ce ne sera pas pour tout de suite.

Enfin, on troquera volontiers l’usage de la première personne du pluriel à celle du singulier. Quand on utilisait le « nous », il s’agissait de revendiquer le primat du discours indirect. C’est à dire qu’on ne consentait à prendre la parole que dans la mesure où celle-ci s’insérait dans un tissu d’autres paroles et discours qui en formait alors une sorte de communauté (ceci dit une communauté plus glossolalique qu’harmonique). Or, parler dans une communauté,aussi virtuelle soit-elle, suppose de tenir et d’assumer les mots que l’on choisit. C’est pourquoi, jusqu’à présent, les articles essayaient d’avoir la forme d’articles finis, prêts à être publiés autant sur un blog que dans une revue. Ce sera moins le cas dorénavant. Les articles seront plus proches d’un travail préalable du type work in progress : ce seront des notes de travail, des brouillons, des propositions. Dans ce cadre là, il devient prétentieux d’user du nous collectif.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter de bonnes fêtes de réveillons. J’espère néanmoins pouvoir rédiger un article pendant la trêve des confiseurs. À bientôt.