Penser l’avenir des Espaces Publics Numériques

Le blog 27è Région est celui de « la première agence d’innovation publique qui permet aux Régions de préparer l’avenir et de changer leurs méthodes d’action. » Leur action consiste à mettre des territoires en résidence. Il s’agit d’expériences réunissant des structures d’accueil et leur personnel, des habitants, des usagers, des institutions puis des animateurs invités selon leur spécialité et le problème qui leur est proposé. Ces animateurs sont ceux que proposent 27è Région et ils doivent pouvoir produire une émulation collective pour tenter de faire émerger, à partir des rencontres de terrain, des solutions locales en faisant jouer la transdisciplinarité qu’autorise leur collaboration. Leur dernière résidence a eu lieu à la Seyne-sur-Mer et se demandait quel est l’avenir des Espaces Publics Numériques (EPN). Le travail de synthèse que je ré-emprunte ci-dessous est instructif pour nous à plus d’un titre.

Je ne fais ici que résumer la partie centrale du document pour l’usage prospectif que nous pourrions en faire.

Après avoir appris à connaître les acteurs locaux, les animateurs de la 27è Région ont élaboré avec les participants des pistes de développements pour envisager l’avenir de la structure qui les accueillait. La méthode consistait à dégager des thèmes (ils seront quatre), à proposer un scénario catastrophe en rapport à chaque thème pour stimuler l’imagination et à noter les idées qui émergeraient alors.

I- Premier thème : faire vivre le réseau

Scénario catastrophe envisagé : chaque EPN de la Région vit dans son coin, le réseau des EPN de la Région ne marche plus du tout notamment à cause des coupes budgétaires. Les animateurs de l’EPN sont débordés, ils font tout et n’importe quoi pour pallier au nécessaire.

Solutions proposées :

  • Une charte des EPN en trois articles :
  1. Tout projet tu co-concevras (en multi-partenariat et ou au sein du réseau des EPN)
  2. Tout projet tu documenteras (à destination du réseau des EPN)
  3. Du projet tu sortiras (les projets naissent de rencontres inattendues)
  • Le laboratoire public numérique : devenir un lieu d’expérimentations des politiques publiques en associant universités, collectivités, associations, usagers, entreprises, etc…
  • Les grands défis : proposer un thème complexe (social, environnemental, emploi) pour l’expérimenter et mettre en valeur autour d’un évènement cette expérimentation.
  • Centre de ressources d’initiatives citoyennes : il s’agit là de débattre, d’apprendre ou surtout d’impulser les politiques publiques.

II- Second thème : santé numérique

Scénario catastrophe envisagé : nous sommes tous devenus techno-addict.

Solutions proposées :

  • Le marché biotekno : associer la relocalisation de la production vivrière et l’accès au NTIC en les rapprochant dans l’espace. Pourquoi ne pas créer un marché hebdomadaire des produits locaux ?
  • Le jardin numérique : l’EPN devient un espace en accès quasi-libre où les usagers trouvent les moyens de développer leurs pratiques numériques en même temps que sont aménagés des lieux de détente et de rencontres.

III- Emploi et activités

Scénario catastrophe envisagé : le marché du travail est parvenu à une complète dislocation. Nous sommes tous des auto-entrepreneurs alternant des phases d’activités et d’inactivités.

Solutions proposées :

  • La cyber-coopérative : lieu de télé-travail, de mutualisation des ressources et d’auto-formation. Evolution vers le statut de SCIC ou de CAE. Possibilité d’intégrer de multiples actions notamment culturels.
  • Nouveau départ : accueil et assistance aux demandeurs d’emplois notamment pour de l’orientation en termes de formation continue.
  • Artisans numériques : après une phase de formation continue autour des outils de communications, on pourrait songer à des solutions innovantes visant à valoriser l’artisanat local (cf les exemples donnés dans le document). Il en découlerait une hyper-localisation de la production.

IV- Tourisme et environnement

Scénario catastrophe envisagé : le tourisme de masse détruit l’environnement et consomme le paysage plus qu’il ne le découvre.

Solutions proposées :

  • L’EPN se met au vert : action d’éco-tourisme intégrant les NTIC et favorisant l’apprentissage des savoirs environnementaux.

Voilà pour les pistes de réflexion soulevées dans ce document. Il faut bien avouer qu’il y en a de nombreuses que nous envisagions sans oser les avancer avec l’aplomb qui sied à un travail collectif.

Nous mentionnerons également les outils méthodologiques qui ont été employés : mise en scène de la résidence, entretiens individuels, production de portraits, cartographie sociale, moodboards, storytelling, accrochages, flyers, ateliers créatifs (jeux de projection, gabarits de projets, podcast videos, scénario en photomontages, prototypes et leur test, un blog journal de bord).

Bref, que du grain à moudre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s